Les 10 trucs à savoir pour allaiter les doigts dans le nez

14-Jan-2019 ·

Je trouve que pour décider d'allaiter, il faudrait déjà savoir un peu comment ça se passe. Mais si vous avez envie d’une formation accélérée, voici les bases que ma copine/marraine de nichon m’a données le 1er jour à la maternité ou que j’aurais aimé connaître :

  1. La montée de lait
    À la naissance et même avant, les seins produisent du colostrum (épais et un peu jaune). Il y en a très peu, quelques gouttes, et c’est normal. C’est super riche et ça suffit pour nourrir le bébé les premiers jours. En tétant le colostrum, le bébé provoque la montée de lait vers le 3e jour.
    * Ne vous inquiétez pas de ne pas voir le lait arriver tout de suite.
    * Il faut mettre le bébé au sein très souvent pour qu’il tète le colostrum et « appelle » le lait.
  2. Open bar et sur-mesure
    Une fois que le lait est arrivé, la règle est simple : plus le bébé tète, plus il y a de lait. Plus on est collés, plus il y a de lait.
    * Vive le portage !
    * Une baisse de production ? (Comme quand j’ai eu une formation à l’extérieur pendant 5 jours sans pouvoir tirer mon lait de la journée.) Je passe deux nuits collées à mon bébé et c’est reparti !
    *Le lait change en fonction des besoins du bébé et entre le début et la fin de la tétée. Il s’adapte, vous n’avez pas à vous en soucier. Du coup, on le laisse boire chaque fois qu’il demande, chaque fois qu’on pense qu’il demande, chaque fois qu’on se dit qu’il va peut-être demander… Pas de régime chez les bébés allaités !
    *Si on a le moindre doute sur la prise de poids ou un pédiatre qui fait flipper (ou une belle-mère qui fait flipper), on se souvient que chaque bébé est différent. Il ne doit pas perdre de poids, bien sûr, ni dormir tout le temps ou hurler tout le temps, mais sinon, tout va bien.
     
  3. Tétées à tout va
    On ne tète pas que pour manger. On peut avoir besoin de se faire un nichon parce qu’on a soif, chaud, peur, froid, envie d’un câlin… Et ce ne sont que des bonnes raisons. Comme de toute façon, on ne peut pas faire la différence entre ces raisons, on les accepte toutes, mais il est quand même bon de savoir reconnaître quand le bébé boit vraiment :
    *On l’entend déglutir
    *Ou on le voit déglutir
  4. Grande bouche
    La position dans laquelle on met le bébé au sein est primordiale. La vôtre et la sienne ! Il faut qu’elle soit bonne pour que la tétée soit EFFICACE et pour qu’elle soit CONFORTABLE.
    * Vous devez être dans une position confortable et dans un endroit agréable. (Pour le début, je nous avais aménagé un fauteuil avec des petits coussins, une bouteille remplie d’eau fraîche tous les matins, un bouquin…)
    *Le bébé ne doit pas avoir le corps tordu ou le cou ratatiné pour bien boire et pas seulement téter. Essayez de boire en écrasant votre menton sur votre poitrine pour rigoler.
    *Le bébé doit être positionné face à vous (ventre contre ventre) et prendre le sein avec la bouche grande ouverte.
    Mais pour la position, le mieux, c’est de regarder une copine qui sait faire ou qu’elle vous installe avec votre bébé. Une sage-femme aussi, ça marche, si elle est douce et compétente, mais on est parfois plus à l’aise avec une copine. Il y a aussi plein de vidéos sur le net.
    Si vous avez mal quand le bébé tète, si votre sein est rouge ou douloureux ou si le bout du téton est blanc est très sensible… Vérifiez la position. Une fois que vous saurez faire tous les deux, tout roulera. Il faut juste qu’une personne qui sait VRAIMENT faire prenne cinq minutes pour vous montrer.
    Un indice : ce n’est pas forcément votre mère…
  5. Deux seins sinon rien
    Pour stimuler la lactation et être sûre que le bébé boit bien, prenez l’habitude de toujours lui proposer les deux seins, à chaque tétée.
    *On commence par le sein qui a terminé la tétée précédente. (Vous pouvez porter une bague ou un bracelet que vous changerez de côté pour vous souvenir de quel côté vous avez commencé la fois d’avant.)
    *Si le bébé s’endort, on lui chatouille les pieds ou le bout du nez pour le réveiller car au début, il doit boire et prendre des forces.
  6. Cercle vertueux
    Plus on a le moral, mieux se passe l’allaitement. Mieux se passe l’allaitement et plus on a le moral !
    Il faut être soutenue, encouragée, rassurée… Un peu comme chaque fois qu’on fait quelque chose de nouveau et d’exigeant. Mais il faut savoir que ça se passe beaucoup dans la tête, le lait. Pas que dans les seins. Quand vous aurez commencé, amusez-vous à penser à une fontaine de lait, ou simplement à écouter un enregistrement de votre bébé en son absence, et vous verrez vos seins gonfler à vue d’œil. Les simple fait de voir de quoi notre corps est capable file la banane, je trouve.
  7. Il boit, je bois, et tout le monde mange
    On a tout le temps soif pendant la tétée. Prévoir un grand verre d’eau pour éviter de se lever, c’est éviter de se faire mal.
    Dans la même série, on essaye de se simplifier la vie : on prévoit des repas simples, on cuisine pour plusieurs repas à la fois, on se fait aider, on s’arrange pour avoir des choses prêtes, des habits qui n’ont pas besoin d’être repassés… Pendant les 6 premières semaines, disons, on prévoit d’être bien occupée. (Mais on n’est pas prisonnière si on s’est organisée pour pouvoir bouger ! Même moins qu’avec un bébé au bib.)
    *Ne paniquez pas si d’un coup, votre bébé ne s’arrête plus de téter. Ça va durer 24 ou 48 heures et se tasser. C’est un pic de croissance pour certains, la préparation d’une grande évolution pour d’autres… Sachez juste que c’est normal de temps en temps et que ça ne dure pas longtemps. On appelle ça un jour de pointe.
    *Il consomme ce que vous consommez. Prendre soin de vous, c’est prendre soin de lui.
  8. Nichons anti-savon
    Il ne faut pas se laver ou se désinfecter les seins, mais les mains.
    Le sein est astucieusement doté d’une pellicule protectrice qui évite les microbes et les irritations. En le lavant uniquement à l’eau, on préserve cette pellicule et on s’évite tout un tas de saloperies. (Champis sur les seins = champis dans la bouche du bébé, bien sûr.) En revanche, il est indispensable d’avoir toujours les mains propres lorsqu’on allaite car on touche ses seins pour mettre le mamelon en bouche ou l’y garder et que c’est par-là que le bébé peut attraper des saloperies.
    J’ai pu vérifier que le simple fait de laisser du savon couler sur mes mamelons pendant la douche rendait les tétées plus sensibles.
  9. Cododo-lolo
    Pour ne pas se fatiguer alors qu’on est la seule à nourrir le bébé, le mieux, c’est de ne pas se lever la nuit ! Nous, on a mis son lit à barreau contre le nôtre en retirant un des montants. Quand elle buvait souvent ou quand je veux booster ma lactation, je dors de son côté. Sinon, c’est son papa qui me la passe ou qui me la met au sein presque sans me réveiller. (Couchées sur le côté, face à face, on peut s’assoupir sans risque si elle est bien au milieu du lit et si je ne suis pas bourrée ou droguée. Parce que oui, au fait, il ne faut pas allaiter bourrées ou droguées, ok ? Ceci dit, y a des super tisanes d’allaitement. Ça fait pas trop planner, mais ça fait plein de bon lait.)
    *Mais bien sûr, le cododo, on n’est pas obligé !
  10. Être bien équipée
    Pour bien allaiter un bébé, il vous faut : des seins (au moins un), un bébé… et des fringues adaptées. Pas besoin de claquer des fortunes.
    * Deux ou trois soutiens-gorge d’allaitement pour ne pas se faire mal dans des machins en dentelle trop petits quand les seins gonflent ou quand on les sort vite-fait.
    *Des hauts spécialisés ou tout simplement bien pensés. Une chemise un peu trop grande peut être déboutonnée au milieu sans trop se découvrir, par exemple. Pour ma part, j’aime bien porter des bodies-bustier en coton comme ça je peux porter tous mes hauts habituels par-dessus. Pour la tétée, je remonte mon haut et je baisse le body qui a le bon goût de cacher mon ventre.
    *De l’huile de coco bio, éventuellement, pour adoucir les mamelons au début, quand ils n’étaient pas encore rodés, mais pas besoin de dépenser plein de sous dans des tas de crèmes.
    *Une écharpe de portage qui permette de donner le sein. Nous, on s’est fait deux anneaux dans un joli tissu. Ils s’enfilent en cartouchières croisées et ils ont juste la bonne longueur pour que mon bébé puisse téter sans que j’ai besoin de la sortir, qu’elle attrape froid, etc. Un blouson un peu trop grand par-dessus pour nous deux et on est parées pour l’hiver.
  11. Aimer ça (Oui, je sais, j’avais dit 10, mais c’est important, quand même !)
    Donner le sein, c’est chimiquement cool. Si c’est désagréable pour vous, c’est qu’il y a un truc qui cloche. Ça ne doit pas faire mal (sauf quand j’essaye de donner sa douche à la grande et de mettre la table en même temps… et que du coup, la position est bof.) Il n’y a pas de raison qu’un bébé soit plus « difficile » (comme ils disent) en étant allaité… Mais peut-être que ça ne vous plaît pas, et c’est votre droit.

Et surtout, dites-vous bien que vous arrêtez quand vous voulez, vous continuez tant que vous voulez… Prenez juste soin de vous assurer que c’est pour une bonne raison dans les deux cas.

Connaissez vous?

Tableau de vaccination mère & enfant

Découvrez le tableau de vaccination mère & enfant

Votre indice de masse corporel

L'indice de masse corporelle (IMC) permet d'évaluer rapidement votre corpulence simplement avec votre poids et votre taille

Votre période de fécondité

Maximiser votre chance de pouvoir concevoir en connaissant la période propice.

Tableau de répère des aliments chez l'enfant

Nos boudchoux sont fragiles, il faudrait savoir à quel moment lui donner tel ou tel moment.

Programme de consultation prénatale

Découvrez le programme de consultation qui permettra de connaitre votre état de santé et celui de boudchou.

boudchou.ci

boudchou.ci est un site qui apprends aux parents certaines astuces afin de permettre que bébé soit mieux épanouis.

              

Newsletter